Biologie

Généralités

Notre site regroupe plus particulièrement les informations sur la gerbille de Mongolie. Pour les gerbilles moins communes comme la Duprasi (gerbille à queue grasse) ou la Shawi (gerbille de Shaw), vous pouvez consulter notre rubrique : Diversité.

Les gerbilles sont des animaux végétariens (granivores) à tendance omnivore (insectivores). Ce sont des animaux grégaires, vivants en petits groupes à l'état sauvage. Plutôt diurnes, leur rythme de vie est entrecoupé de longues siestes et de périodes d'activités intenses. Leur longévité est de 3 à 4 ans (jusqu'à 5 ans) en captivité.

Environnement

Leur territoire s'étend sur plusieurs centaines de mètres carrés réparti autour d'un terrier creusé profondément et desservi par de nombreuses galeries étroites. Le terrier peut s'enfoncer jusqu'à un mètre de profondeur et possède plusieurs entrées. Leur prédateurs sont principalement les serpents et les oiseaux de proies. Notre gerbille vient des zones semi désertiques du Nord est de la Chine et de la Mongolie et son organisme est conçu pour supporter le manque d'eau. Ainsi une gerbille boit peu (environ 4 ml par jour) et urine peu. Elle peut supporter des températures allant de -18 ° à 35 ° dans un environnement sec.

Caractéristiques

Morphologie

Taille :

La gerbille mesure entre 21 et 25 centimètres de la queue au museau.
La queue, pouvant mesurer jusqu'à 12 cm, assure à la gerbille la stabilité lorsqu'elle se redresse sur ses pattes arrières.
Le bout, plus touffu appelé plumeau, est un leurre pour les prédateurs, notamment les oiseaux de proies, qui permet de diriger les attaques sur la queue, qui pourra se détacher pour permettre à la gerbille d'avoir la vie sauve.
Contrairement au lézard, la queue de la gerbille ne repousse pas et sa perte est très douloureuse pour l'animal.
Voilà pourquoi vous ne devez, en aucun cas, saisir votre gerbille par la queue.

Poids :

A la naissance, la gerbille ne pèse que 3 grammes.
A l'âge adulte le mâle pèse entre 60 et 100 grammes, et la femelle entre 50 et 85 grammes.

Squelette :

Il est composé de plus de 200 os et se différencies en 2 parties :

  • Le squelette axial : il comprend la colonne vertébrale et la cage thoracique
  • Le squelette appendiculaire : il se compose des membres

En fonction des espèces et de leur besoins, et de leur milieu naturel, ces os n'auront pas la même forme.

Les membres :

  • Les pattes antérieures sont courtes et possèdent 4 doigts et un pouce rudimentaire.
  • Les pattes postérieures sont longues et possèdent 5 doigts.
  • Elles ont de longues griffes qui leur permettent de creuser.
  • Les membres postérieurs ont des muscles très puissants qui leur permettent de faire de grands bons (jusqu'à 3 mètres).

Voilà pourquoi votre habitat devra être suffisamment haut pour que vos gerbilles puissent sauter à leur guise.

Dentitions :

Les dents sont au nombre de 16 et les incisives sont à croissance continue. Le terme scientifique de ce phénomène est l'hypsodontie. Vos gerbilles ont donc besoin de s'user les dents sur une surface dure (bois ou argile) pour rester en bonne santé.

Le système respiratoire :

Il est très fragile chez la gerbille. Le poumon droit comprend 4 lobes alors que le poumon gauche n'en comprend que 3. Les mouvements respiratoires sont assez rapides : 90 à 120 mouvements par minutes (environ 12 à 20 cycles respiratoires chez l'homme).

Les glandes :

La gerbilles possède 3 types de glandes :

  • Les glandes sébacées qui sécrètent le sébum, film protecteur et huileux, dont les gerbilles enlèvent l'excès en se roulant dans le sable.
  • Les glandes sudoripares qui éliminent la sueur et permettent la régulation de la température corporelle.
  • Les glandes odorantes situées sous le ventre et qui permet de marquer son territoire. Chez le mâle cette glande est très visible et plus grosse que celle de la femelle.

Les sens

La vue

La gerbille a un champ de vision très large (215 °) qui lui permet de voir les prédateurs même s'ils ne sont pas en face d'elle. Elle a une vision globale de son environnement mais distingue peu les détails. Elle y voit aussi bien de jour que de nuit et distingue 2 couleurs : le bleu et le vert.

Vous trouverez ci-dessous un article plus détaillé
Le champs de vision

La gerbille a une vue bien plus large que la notre due au positionnement de ses yeux sur le côté de la tête. Son champs de vision étant de 215° ce dernier lui permet d'appréhender l'approche d'un prédateur, sans avoir besoin de le voir réellement. Le champs de vision des deux yeux se chevauchent parce que l'image de chaque œil est légèrement différente. Ces images, légèrement différentes à chaque œil, sont ensuite interprétées par le cerveau pour construire une image de l'environnement en 3D. Ce type de vision leur permet de juger à quelle distance se trouve un objet, ainsi que la vitesse à laquelle il se déplace. Cela réduit néanmoins le champs de vision total . Chez l'homme, la vision binoculaire est d'environ 140° pouvant parfois aller jusqu'à 180 ° . La gerbille a une vision binoculaire très mince, mais le chevauchement des images des deux yeux est limité à la vision périphérique et compense un faible pourcentage de sa vision globale.

Le rôle de la pupille

La pupille de la gerbille est positionnée verticalement dans l’œil. Ceci est valable pour les animaux qui vivent dans le désert ou dans les régions arides. Avoir des pupilles verticales permet à la gerbille d'avoir une plus grande perception de profondeur des étendues planes. Cela leur permet de voir les prédateurs à la fois sur terre et dans les airs . Les pupilles horizontales comme celles des moutons, des chèvres, des cerfs etc, permettent une plus grande perception de la profondeur sur le plan vertical, ce qui leur permet de voir arriver les prédateurs à l'horizon.

La perception des couleurs

Les signaux envoyés au cerveau par les yeux, proviennent de cellules appelées cônes et bâtonnets, se trouvant sur la rétine. Les cônes humains sont sensibles à la lumière rouge, verte et bleue, et les signaux de ces cellules, lorsqu'ils sont interprétés par le cerveau, produisent les couleurs que nous voyons dans notre vie quotidienne.
Les gerbilles comme les humains ont aussi des bâtonnets et des cônes , mais avec une proportion beaucoup plus grande de bâtonnets (87% de bâtonnets et 12 à 14 % des cônes ), ce qui est normal chez les rongeurs qui sont plus largement actifs à l'aube et au crépuscule. Ce qui explique pourquoi les yeux des gerbilles ont l'air énormes comparés à des espèces plus nocturnes telles que les souris et les hamsters.
Les types de cônes présents sur la rétine déterminent quelles couleurs la gerbille peut voir. Le type de cône présent en plus grande quantité ( 11-13 % des photorécepteurs ) est celui qui est sensible au vert. Des cônes présents en moindre quantité (environ 2-5 %) sont des cônes sensibles au bleu . Il apparaît donc fort probable que la gerbille puisse posséder une vision dichromatique vert-bleu.

En outre, certains types de cônes présents sur la rétine de la gerbille ont également la capacité d'être sensibles à la lumière UV. Ces cônes représentent environ 1% du nombre total de cône présents sur la rétine. En dehors de la gerbille, il y a seulement trois autres espèces de rongeurs capables de voir la lumière UV : la souris domestique (Mus musculus), le rat brun (Rattus norvegicus), et le Gaufre de Bota (Thomomys bottae). Ils sont les seuls mammifères dotés de cette capacité. Ces longueurs d'onde UV sont bien au-delà du spectre visible par les humains. La capacité de voir la lumière UV se révèle très utile, par exemple pour certains aliments de base, des marqueurs d'odeurs, des prédateurs ou les matières fécales des prédateurs qui peuvent apparaître à la gerbille par fluorescence, parce qu'ils émettent un rayonnement à une fréquence qui peut être capté par ces cônes.

Les marques olfactives des petits rongeurs sont visibles en lumière Ultra Violet en raison de leur fluorescence (Desjardins et al., 1973), parce que les marqueurs d'odeurs absorbent une partie du rayonnement UV et retransmettent l'énergie absorbée en lumière visible. Les prédateurs possédant cette capacité à détecter la lumière UV, utilisent les marqueurs d'odeurs pour trouver et évaluer la densité des proies.

Extrait traduit par Lilibulle du texte d' Eddie Cope du site e-Gerbil

L'odorat

Il est très développé chez la gerbille. Il est utile pour reconnaître sa nourriture mais il a surtout une importance capitale dans son comportement au sein du groupe. Ainsi tout individu est reconnaissable par une odeur qui lui est propre. Toute odeur inconnue est synonyme d'intrus et déclenche une réaction hostile.
C'est aussi grâce à leur odeur que la femelle reconnaît ses petits et que le mâle sait lorsque la femelle est prête à s’accoupler (grâce aux phéromones qu'elle dégage).

L'ouïe

Les gerbilles ont une ouïe très fine, en dépit de la petite taille de leurs oreilles. Elles sont capables d'entendre les ultrasons. La capsule osseuse qui entoure l’oreille moyenne est considérablement élargie, et sert à amplifier le moindre son.  La gerbille possède deux cochlées : l’une code pour la vocalisation dans les aigus, l’autre pour détecter les prédateurs et avertir ses congénères en tapant du pied à basse fréquence. Elle a besoin de détecter, dans les basses fréquences, des seuils infraliminaires*.
Elle doit également vocaliser, à l’aide des trois classes de fibres présent dans le nerf auditif (Pr. Jean-Luc PUEL Université de Montpellier). Toutes ces recherches ont permis de mettre en évidence que l'homme et la gerbille avait des capacités auditives très proches qui fait de la gerbille un animal d'expérimentation, notamment pour les recherches contre certaines surdités.

  • Spectre auditif de l'homme : 64 Hz – 23000 Hz
  • Spectre auditif de la gerbille : 100 Hz – 60000 Hz

NB : Même si l'intention est louable, nous ne cautionnons pas l'expérimentation animale.

* Se dit d'un stimulus dont l'intensité est trop faible pour entraîner une réponse de la part d'un organisme (def Larousse)